Présentation

IMG_7815

Pour coordonner ces nombreuses actions de développement sur le terrain, la Congrégation des Salésiens de Don Bosco a mis en place un bureau de planification et développement des projets dans chaque Province. Le Bureau de la Province Afrique Francophone Occidentale est dénommée Antenne de Développement de l’Afrique Francophone Occidentale (ADAFO). ADAFO est né officiellement après la première session PIPO organisée par COMIDE en 2000.

A la suite de cette rencontre, sous l’initiative de DMOS-COMIDE, les deux provinciaux (SDB et FMA) ont ensemble mis sur pied un bureau de développement dénommé ADAFO. Au sein d’ADAFO, coexistent deux bureaux qui sont BDP –SDB et BDP –FMA.

C’est l’organe central de la Province – regroupant huit pays de l’Afrique de l’ouest – pour la programmation, l’identification, la formulation, le suivi et l’évaluation des projets de développement. Cet organe assure devant les organismes partenaires la viabilité et la pérennité des projets.

La province salésienne AFO SDB étant vaste et les moyens de communication étant difficiles, le provincial et son conseil ont trouvé utile d’avoir une structure, spécialisée dans le cycle de projets, pour garantir l’apport technique auprès des communautés dans les domaines de programmation, identification, formulation, suivi et évaluation.

ADAFO est constitué d’un bureau provincial central avec son siège à Abidjan, et 3 antennes au Benin, Sénégal et au Burkina Faso. En 2010 le bureau a ouvert une antenne à Cotonou avec un laïc, toujours dépendant du siège et en 2013 une antenne pour le Mali, toujours sous la tutelle du siège. En 2015, ce sont les antennes du Sénégal et au Burkina Faso qui sont ouvertes. A la tête de chaque antenne, il y a un représentant pays qui collabore avec des laïcs.

L’idéal prévu serait d’avoir une antenne par pays et de parvenir à une relative indépendance, en vue d’optimiser la gestion.

Légalement ADAFO est reconnu en Côte d’Ivoire comme une association à but non lucratif. C’est le même statut au Bénin et Mali. Des démarches sont en cours pour une reconnaissance officielle au Sénégal et au Burkina Faso.